lundi 7 octobre 2019

Maltraitances à La Réunion

Afin que cessent les multiples cas de mauvais traitements sur les animaux à La Réunion, la ministre des Outre-Mer ainsi que le préfet doivent intervenir. Nous pouvons ensemble leur écrire.




Le ministère n'ayant pas prévu la possibilité pour le public de le contacter par mail, nous vous demandons SVP d'envoyer une lettre par voie postale à :

Ministère des Outre-Mer
Madame la Ministre Annick Girardin
27 Rue Oudinot
75007 Paris

Pour la préfecture, il est possible d'utiliser le formulaire de contact : http://www.reunion.gouv.fr/par-service-r16.html

Important : en aucune façon, nous visons à stigmatiser les résidents de ce département ou à faire une généralité. La violence existe partout dans le monde. Notre démarche est exclusivement à vocation altruiste. Nous vous prions alors de bien vouloir rester courtois dans votre courrier.

Si vous le voulez, vous pouvez vous inspirer de notre lettre :

A l'attention de Madame Annick Girardin, Ministre des Outre-Mer et à l'attention de Monsieur Jacques Billant, Préfet de La Réunion

Madame la Ministre,
Monsieur le Préfet,

Par la présente, je souhaite retenir tout votre intérêt à l'égard de la maltraitance animale qui sévit à La Réunion.
En effet, depuis très longtemps, force est de constater que d'innombrables actes de cruauté ont lieu particulièrement sur cette île. A juste titre, ils sont systématiquement dénoncés, mais malheureusement vainement, par les associations protectrices des animaux.

De fait, vous ne pouvez ignorer ces cas, hélas les plus répandus, que je me permets ici de vous rappeler brièvement :

- utilisations d'animaux (chiens, chats) comme appâts vivants pour la pêche aux requins.

- déchets rejetés dans la mer par des pêcheurs et des éleveurs, attirant les requins vers les plages et impliquant les attaques sur les surfeurs.

- commerces illégaux de chair de requins sur des marchés locaux.

- errances massives de chats et de chiens, entraînant de nombreuses euthanasies.

- élevages et abattoirs clandestins, sans contrôles vétérinaires ni sanitaires.

- maltraitances sur chiens, chats, cabris (retrouvés mutilés ou brûlés).

- animaux percutés volontairement par des automobilistes.

- rituels religieux illégaux de sacrifices d'animaux.

Ces agissements, aussi horribles que répréhensibles, sont visibles par les résidents et les touristes. Ils sont rapportés régulièrement dans les médias réunionnais et ceux de la métropole.

Je suis atterré de constater que ces exactions perdurent, de surcroît à la connaissance de tous, dans un des départements de la France et à une époque où le statut de l'animal, sa souffrance, ses droits suscitent de plus en plus d’intérêt, de compassion et de changements des consciences.

Pour ces raisons, je vous demande de prendre des mesures rapides d'information, de prévention, de rappels à la loi à destination du public et des corps de métier concernés, ainsi que de mettre en oeuvre des inspections, des enquêtes et les poursuites judiciaires à destination des contrevenants afin d'enrayer toutes ces violences commises sur les animaux.

A titre indicatif, je vous transmets le contact de l'association réunionnaise Stop Zoocide qui est à votre disposition : associationstopzoocide@gmail.com

Très cordialement,

(nom,prénom)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire