dimanche 15 décembre 2013

Manifeste pour une mode éthique sans fourrure

Manifeste
Pour une mode plus éthique
sans fourrure animale

Depuis de nombreuses années la fourrure est de retour
dans le vestiaire urbain.

Le chiffre d’affaire de l’industrie de la fourrure est en hausse constante depuis une dizaine d’années. En résulte toute une chaîne de souffrance animale (1) et de dégâts écologiques, au nom d’une industrie futile.

Loin de l’idée de se prémunir contre des températures glaciales, 
la fourrure est principalement utilisée aujourd’hui en décoration de capuches ou de manchons, en produits de "luxe" issus de la tendance de la mode. Nous voyons aujourd’hui des lunettes de soleil ornées de vison véritable et des talons aiguilles en fourrure animale véritable, teintée de manière chimique afin de donner un effet "fausse fourrure".


Nous dénonçons cette impunité.
Aujourd’hui, de nombreuses disciplines scientifiques font progresser notre rapport à l’animal, telles l’éthologie, les neurosciences ou encore la bioéthique. Il est désormais admis que les animaux sont des êtres sensibles pouvant ressentir stress et souffrance. Récemment, à l’issue d’un congrès à l’Université de Cambridge sur le sujet, des scientifiques de renommée internationale ont signé une Déclaration de conscience des animaux, dont la conclusion est que les humains ne sont pas les seuls à posséder les substrats neurologiques qui produisent la conscience.

Les animaux non humains, soient tous les mammifères,
possèdent ces substrats biologiques (2).

Une étude publiée par la revue scientifique Nature avait déjà conclu que les visons, animaux semi-aquatiques maintenus en cages toute leur vie dans les élevages, étaient victimes de stress et de frustrations, car privés d’accès à l’eau.


Auteur : Arnaud Gavard, Chargé de l'opération « merci la mode ! »